Benchmark Regulation : l'AFTE demande une extension de 2 ans de la période transitoire

février 2019 | AFTE


Ouvert à tous

L'AFTE, par la main de sa présidente, en concertation avec les commissions "juridique", "financement" et "risques", a adressé une lettre aux parlementaires et représentants du trilogue européen demandant une extension de 2 ans de la période de transition prévue dans le cadre de la réglementation Benchmark (BMR)

Un délai jusqu'au 31 décembre 2021 doit permettre de constituer des méthodologies fiables et, aux pays tiers, de franchir les étapes permettant de faire qualifier leurs indices auprès de l'ESMA.

Bien que la rénovation des indices, prévue par la réglementation Benchmark soit une excellente initiative - au vu des abus constatés dans le passé, et de l'insuffisance des transactions sur lesquelles sont définis ces indices -, le délai qui expire au 31 décembre 2019 parait trop court.

C'est le cas pour les indices Euribor, même s'ils font l'objet de travaux bien avancés pour asseoir une méthodologie robuste. C'est surtout le cas pour les indices des pays tiers, dont beaucoup sont utilisés pour les opérations de couverture des entreprises. Ces indices permettent de couvrir des flux d'achat, vente, investissement... avec des pays tels que la Russie, la Turquie, la Chine, l'Inde et bien d'autres.

La validation de ces indices auprès de l'ESMA requiert un long processus administratif par les fournisseurs d'indices de ces pays tiers. Or à ce jour on constate peu de progrès.